Tournage de la vidéo pour la campagne de crowdfunding

Le weekend du 24 et 25 mai nous avons organisé le tournage d’une vidéo qui servira à promouvoir campagne de financement participatif pour ouvrir un café associatif à Sigean.

En attendant que la campagne de financement démarre nous vous encourageons à faire tourner la plaquette PDF présentant le projet à vos contacts. Pour la télécharger c’est ici : http://bit.ly/pdf-cdp

Ci-dessous quelques photos du tournage !

Retrouvez prochainement la vidéo lors du lancement de notre campagne de financement participatif !

Réalisation : Pauline Plat – http://paulineplat.wordpress.com/

Advertisements

Atelier sur la création de compost

Le 17 mai 2014 aux Jardins de La Fount s’est déroulé un atelier dédié à la confection d’un tas de compost qui se décomposera donc dans les 3 à 6 mois, en fonction de la chaleur.

Ateliers de pratiques écologiques et sociales autour de la transition énergetique les 24 et 25 mai à Fillols (66)

Forum des possibles les 24 et 25 mai à Fillols (66)

Forum des possibles les 24 et 25 mai 2014 à Fillols

Forum des possibles les 24 et 25 mai 2014 à Fillols

“Pendant deux jours nous vous proposons, sous la forme d’un libre parcours dans le village, de prendre part à de nombreux ateliers, de participer à des débats, de venir chercher et partager des informations sur des techniques simples et des pratiques effectives, d’imaginer avec d’autres des pistes concrètes pour s’approprier directement et à notre mesure les enjeux de la transition énergétique.”

Retrouvez toutes les informations pratiques, le programme, et plus sur le site internet de l’évènement : http://forumdespossibles.wordpress.com/

 

Un guide pour en finir avec les idées reçues sur les énergies renouvelables!

Un guide pour en finir avec les idées reçues sur les énergies renouvelables!

Energies renouvelables - En finir avec les idées reçues !

Energies renouvelables – En finir avec les idées reçues !

Nous avons tous entendu bon nombre d’idées reçues sur les énergies renouvelables :

“elles coutent cher, qu’elles consomment plus d’énergie à créer qu’elles n’en restituent, qu’elles mettent en danger des emplois…”

Ce petit guide publié par le réseau action climat France vous permettra de faire le tri !

Il est en consultation directe sur leur site, ici : http://www.rac-f.org/Energies-renouvelables-En-finir

Stage de design en permaculture et agroforesterie avec Franck Nathié (Septembre 2013)

En septembre 2013, le Champ des Possibles en partenariat avec l’association La Forêt Nourricière, accueillait aux Jardins de la Fount et du Pech un stage de six jours portant sur le design en permaculture et l’agroforesterie.

Franck Nathié, chercheur et animateur spécialiste du sujet a abordé avec la quinzaine de participants : la gestion et le captage de l’eau, la phytosociologie, le sol et les stratégies de production autour de l’arboriculture. Couplant théorie et pratique, ils ont ensemble notamment élaboré une proposition de design pour les espaces agroforestiers des Jardins de la Fount et tracé l’emplacement des baissières en prévision des plantations d’arbres fruitiers.

Association La Forêt Nourricière : http://www.foretscomestibles.com/

Journée insectes aux Jardins de la Fount avec Stéphanie

Le 22 juin 2013, la journée insectes organisées aux Jardins de la Fount a réuni plus de vingt participants autour de Stéphanie et de son astucieux Carabus : une camionnette aux allures de sauterelle, sorte de laboratoire d’observation ambulant, renfermant de nombreux spécimens, des microscopes, des puzzles 3D géants et bien d’autres trésors pour les curieux de cette vie riche en diversité qui s’active dans les herbes folles et au potager. Aux commandes de ce drôle de véhicule : Stéphanie, une passionnée aux connaissances pointues qui a captivé enfants et adultes tout au long de la journée.

Après une approche théorique autour des microscopes et autres coccinelles en peluches, chacun est parti à la recherche des petites bêtes du jardin, capturées le temps d’une identification avant d’être relâchées.

L’observation a permis d’établir un bilan des nuisibles présents au potager, et de retenir quelques conseils pour réduire leur population dans le respect de l’environnement, ainsi que pour attirer les alliés du jardinier : pollinisateurs et autres auxiliaires. Les participants ont notamment installé une maison à insectes.

Stéphanie DUBOIS – Insectes et Nature
04.68.80.96.93 / 06.81.44.84.70
i.carabus@orange.fr

La naissance du projet

A l’origine du projet : des jardins, un collectif paysan et un rêve du dragon.

A l’initiative de Laurence Carretero, maraîchère à Sigean souhaitant ouvrir son lieu de production à un projet collectif, une rencontre rassemble un petit groupe d’intéressés en février 2013.

C’est ainsi qu’un collectif se forme aux Jardins de la Fount et trace, à l’aide de trois intervenants spécialisés en design en permaculture et en gestion de projet collectif (méthode rêve du dragon), un plan d’aménagement du lieu. Depuis les zones de vie aux espaces laissés sauvages, depuis l’observation des vents dominants à la nature des sols, un maximum d’informations est listé et pris en compte.

Il ressort dès lors l’envie de porter un message d’exemple reproductible et d’ouvrir un café ou relais associatif qui fera le lien entre producteurs et consommateurs, paysans et citoyens, afin de sensibiliser le plus grand nombre au respect de l’environnement, à l’écologie, à la souveraineté alimentaire

L’idée gagne la population et bientôt, des citoyens se joignent au projet et fondent, en juillet 2013, l’association Le Champ des Possibles.

Depuis, animations, stages et chantiers participatifs organisés régulièrement favorisent partage et échanges de savoirs et savoir-faire dans une ambiance conviviale et solidaire.

Permaculture et transition en pays catalan : http://ptepc.blogspot.fr/

Interview : Laurence Carretero

Laurence Carretero invite à « convivier »

Laurence CarreteroLaurence est née en 1972, pendant les Trente Glorieuses, le plein emploi, la production de masse, une période de croissance sereine… jusqu’aux chocs pétroliers. Installée à Sigean depuis plusieurs années, elle a grandi dans la région avant de partir à travers le monde. Initiatrice d’un projet de collectif paysan et membre fondatrice de l’association Le Champ des Possibles, elle rêve d’un « permaculture café ».

Laurence, la prise de conscience des conséquences liées aux chocs pétroliers successifs a bousculé ta vie…

Les chocs pétroliers de 1973 et 1979 ont fait doubler le prix du baril de 10$ à 20$. Troisième choc en 2008, le baril passe à 146$. Il s’agissait de choisir entre nourrir sa voiture pour se nourrir soi-même ou payer son crédit : les banques ont fait faillite ! Je n’entends parler que de ça depuis quarante ans.

Aujourd’hui notre principale source énergétique est le pétrole et on a passé son pic de production de pétrole. Le prix du baril a été multiplié par cinq depuis 2001 et va continuer à augmenter puisque la production décline. Autant dire que la crise de la croissance est loin d’être finie… à moins que ce ne soit la fin de la croissance. Ce qui ne serait peut-être pas plus mal !

Des alternatives sont en place et se développent, peux-tu nous en citer quelques-unes ?

Des personnes éclairées ont ouvert des voies alternatives au cycle mortifère du « toujours plus ». Je pense à l’association Nature&Progrès, précurseur de la bio qui fête ses cinquante ans cette année.

A la société financière NEF qui se veut éthique, transparente et coopérative ; et encore au réseau des BIOCOOP qui d’un groupement d’achat en passant par une structure associative est devenu le réseau coopératif que nous connaissons. Et puis la permaculture m’a donné un nouveau souffle. Des précurseurs comme Bill Mollison et David Holmgren ont développé ce concept.

Qu’est-ce que la permaculture ?

C’est un concept en même temps qu’une philosophie de vie, une approche globale et une méthode de conception de système prenant pour modèle les écosystèmes naturels et les systèmes vernaculaires. Ces deux créativ’culturels ont inventés la culture permanente capable de résister aux chocs ou crises sans se déliter ni disparaître. C’est ce qui m’a donné la force et les moyens de créer les Jardins de le Fount à Sigean [nb : lieu de production maraîchère].

Il y a un néologisme qui t’est cher : la convivience. Tu nous en dis un peu plus ?

On est nombreux à vouloir retrouver du sens et à en avoir marre des mass-médias. On agit, chacun a sa façon. On invente des moyens pour se sentir bien : on adhère à une AMAP, on utilise une monnaie locale, on achète son électricité renouvelable à ENERCOOP, on donne des sous à une ONG, on trie, on recycle, on économise, on fait du vélo, du jardinage… On est nombreux mais on ne se reconnaît pas. Alors, j’ai rêvé d’un lieu, sans écran, serein, accueillant, original, qui proposerait des produits locaux, bio, équitables. Mais surtout qui proposerait de se retrouver, d’échanger, d’aller de l’avant, dans le plaisir, le positif, la convivialité. Ce serait un « permaculture café » et un lieu de convivience.

Un « permaculture café », cela fonctionnerait comment ?

L’idée générale est de visualiser un écosystème, où les “intrants”, les “productions” et les “déchets” seraient conçus pour se nourrir les uns des autres. Ainsi, le collectif paysan des Jardins de la Fount, produit légumes, fruits, aromatiques, bientôt œufs, pain, sirops, pestos… Des amis paysans que nous croisons dans les AMAP ou groupement d’achats produisent des fromages, yaourt, pâtes, farines, féculents, vins, bières, etc. Ces intrants sont transformés en entrées, plats ou desserts, et cette préparation entraîne des déchets qui repartent nourrir les poules ou les lombrics des Jardins de la Fount. La boucle énergétique est bouclée.

Et chacun pourrait-il apporter sa pierre pour faire grandir cet écosystème original ?

Un café c’est aussi un système humain et les usagers auront chacun leur fonction et où leurs besoins seront satisfais et où ils seront des ressources pour l’écosystème global. Ainsi chaque adhérent pourra proposer une thématique de discussion, un atelier pratique, un film à projeter… et ainsi devenir acteur du système. Le lieu sera également ouvert à d’autres associations qui pourront proposer leurs activités dans le cadre de notre charte. L’utilisation du CERS, la monnaie locale du Narbonnais [nb : en cours de constitution] est un excellent moyen de mettre en relation le café et un réseau local afin de créer des synergies. Il doit aussi établir des relations avec d’autres systèmes qui ont d’autres valeurs, d’autres objectifs, et il montrera tout simplement que bio, local, éthique, circulaire, coopératif, c’est possible !

L’association Le Champ des Possibles à Sigean (11)

L’association Le Champ des Possibles rassemble des personnes de tous âges et origines qui ont en commun la défense des valeurs de la permaculture, d’une manière de vivre respectueuse de la nature et des hommes, de la souveraineté alimentaire. Nos activités actuelles consistent en des animations et ateliers en agroécologie, au soutien à divers projets citoyens ou collectifs.

Notre principe est qu’une pincée de pratique vaut bien mieux qu’une tonne de théorie, nous avons décidé d’illustrer encore mieux nos valeurs par l’action dans un projet de café permaculturel.

Il s’agit de lier les hommes entre eux et avec leur territoire, mettre en valeur ses acteurs : artisans, agriculteurs, artistes, en proposant un lieu alternatif ouvert, qui proposera des produits locaux de qualité, biologiques, une cuisine ouverte à tous, un espace d’échanges amicaux et de débats citoyens, un lieu culturel où alterneront conférences, concerts, projections selon un principe de programmation collective. Un lieu ouvert à Tous, originaires de Sigean, d’Occitanie, de Catalogne ou de passage !

Pour en savoir plus consultez la page L’Association (FR).

Image